RTA du 23/06/2014 : Nous ne lâcherons rien !

Chers collègues,

Usons de la plus grande prudence mais le chef de service RH semble entendre quelque peu l'immense colère des IP et AfiPA, envers leur Direction Générale.

C'est la raison pour laquelle, tel un fin stratège militaire, il «souffle le chaud» en proposant d'effectuer des ouvertures lors de la prochaine RTA qui se voulait conclusive.

  • Il annonce des avancées sur les quotas d'accès aux postes 1015 et 1040 pour les IP :  sans autres précisions et dans des proportions faibles.
  • Il indique que les quotas qui vont être arrêtés lors de la RTA du 23/06 seront provisoires et ne vaudront que pour le mouvement 2015-1 afin que les discussions puissent se poursuivre, notamment à l'issue de ce mouvement : la RTA ne sera donc pas conclusive, et nous exigerons donc que les discussions reprennent dès septembre à l'appui des analyses statistiques et démographiques maintes fois réclamées par le SCSFIP. Toute manœuvre dilatoire en la matière serait un véritable casus belli pour les cadres supérieurs.

Dans un même temps, le chef de service RH « souffle aussi le froid » :

  • Il refuse catégoriquement de revoir les propositions de quotas pour l'accès aux HEA et aux HEB : au-delà du rejet même de la reconnaissance de la hiérarchie des grades, il doit estimer qu'en revoyant ses propositions sur les 1015/1040, il pourra calmer les IP et AFIPA.

Nous pouvons d'ores et déjà lui dire qu'il n'en est rien :

  • l'accès au 1015/1040 est la moindre des choses pour les IP, or les quotas proposés, même améliorés, ne permettront qu’à une minorité d’accéder à un indice ;
  • les AFiPA, qui, rappelons-le, accédaient au HEA à des âges moins avancés, en très grande majorité dans la « photographie » de 2008, ne peuvent se satisfaire « des débouchés » qui leurs sont offerts sur le 1015 et le 1040 en contrepartie du sacrifice demandé sur le HEA.
  • Pire, il envisage maintenant, après avoir rapporté -en validant nos argumentaires- le projet de fiche sur l'accès aux postes C2 de mettre en place des QUOTAS pour l'accès à ces postes pour les IDIV d'une part et les IP/AFIPA d'autre part : nous l'avons déjà dit, c'est scandaleux et inacceptable.

Pour toutes ces raisons, le SCSFIP rejettera en l'état les propositions de la DG !

Le déroulement des évènements depuis le début de l’année, montre que la DG n’a pas suffisamment analysé ses propres propositions et fonctionne « à l’intuition ».

Nous suggérons qu'au cours de l'été, la Direction Générale étaye ses nouvelles propositions en s'appuyant sur des analyses à faire partager au préalable à l'ensemble des Organisations Syndicales et associations représentatives. Le SCSFIP lui a déjà apporté en la matière une solide base de travail ! A défaut elle se prendra une nouvelle fois les pieds dans le tapis…

Dans tous les cas, la DG a maintenant une certitude, celle d'avoir en face d'elle des cadres supérieurs déterminés et plus que vigilants quant aux décisions portant sur leurs carrières. Et chers collègues, soyez certains que le SCSFIP sera le garant de cette détermination et de cette vigilance !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !