IP : vos accès C2 vendus à la criée !

A titre exceptionnel, notre CR se tiendra en deux parties, retrouvez ci-dessous en pdf la 1ère partie concernant plus précisément l’accès aux C2, un CR sur les C1 suivra très prochainement. 

 

« Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent » disait Edgar Faure. Une maxime que pourrait reprendre à son compte notre chef de service des ressources humaines, tant sa recherche annoncée d’un impossible consensus s’apparente surtout à une politique court-termiste donnant et retirant aux uns et aux autres au gré d’un vague « ressenti » terrain qui semble être son indicateur le plus fiable !

Un observateur extérieur ne comprendrait même pas ce débat, tant la priorité au grade le plus élevé lui semblerait la solution juste, logique et pragmatique… Et ce d’autant plus que les possibilités d’accès à ces grades plus élevés ont été largement ouvertes à tous ceux qui sont prêts à faire l’effort.

 

Mais parce que le vent ne souffle pas nécessairement dans le sens de la justice, notre direction générale s’est embarquée dans un système de quotas qu’elle-même est incapable de justifier et encore moins d’expliquer. Elle prétend revenir à une situation de 2008 en étant incapable de donner une vision claire de cette situation et en oubliant au besoin tout ce qui existait en 2008 et a depuis disparu… Pas de chiffre, pas de simulation, pas de prise en compte des données GPEEC, mais un avenir radieux pour tous, on est priés de le croire sur parole.

Car c’est le principal tour de force du chef de service lors de ces RTA, il prétend, avec des perspectives de suppression des postes maintenues et donc de réduction continue des accès au grade supérieur et une stabilité des indices disponibles, avoir trouvé une solution où tout le monde est gagnant. Chaque fiche produite par la RH comporte inévitablement un paragraphe expliquant combien cette solution est avantageuse pour chaque grade qui augmente miraculeusement ses perspectives. Dans tous ses déplacements, dans toutes ses réunions, le chef de service « vend » ce même discours, avec une conviction qui force l’admiration mais qui ne résiste pas à l’analyse.

 

En effet, la ficelle est un peu grosse et le SCSFIP l’a régulièrement et exhaustivement démontré, sans que la RH ne conteste un seul de nos chiffres ou de nos raisonnements. La rocambolesque affaire de la fiche sur les C2 confirme cette gestion au gré du vent : une première proposition juste, une contestation par certaines organisations syndicales, retrait, nouvelle proposition scandaleuse, prise de conscience, nouveau retrait, puis proposition de quotas sortis de nulle part, sans étude d’impact, sans simulation, sans chiffre… Puis après démonstration en séance de l’injustice de la proposition, on revoit vaguement, mais toujours sans évaluation sérieuse des conséquences.

 

Ce sont ces méthodes et les propositions indignes de la DG qui ont généré votre mobilisation inédite. C’est cette mobilisation qui a finalement permis une tardive mais salutaire prise de conscience et qui a conduit le chef de service RH à limiter ses propositions exclusivement au prochain mouvement et à prévoir un nouveau débat pour le mouvement suivant après une première évaluation des effets induits.

 Soyons clairs, ce ne sont pas quelques semaines de vacances bien méritées qui rendront subitement ses propositions plus acceptables. Nous continuerons à demander, avec vous, la justice, le respect des parcours et le courage de prendre les décisions qui s’imposent.

CR RTA 23 juin 2014 - 1ère partie spéciale C2icone fichier PDF

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !