ASSEZ !

Cher(e)s collègues,

Depuis maintenant plusieurs mois, vous nous avez beaucoup écrit, nous avons beaucoup échangé. Dans le même temps, ce qui s’est passé lors de la RTA du 2 avril ne va pas seulement accroître votre démotivation et votre exaspération, mais cela va renforcer l’impression croissante d’être pris pour les dindons d’une grotesque farce qui pourrait être drôle si elle ne mettait en jeu notre avenir professionnel à tous. Aujourd’hui nous disons : ASSEZ !

Nous avons toujours été des cadres loyaux et responsables, nous portons la démarche stratégique dans les directions nationales, locales et spécialisées, nous sommes les chevilles ouvrières de la centrale, nous contribuons sans relâche à faire de la DGFiP une administration au professionnalisme reconnu et à l’expertise de haut niveau. 

Au nom de la contrainte budgétaire, nous avons subi la dégradation continue de nos carrières administratives : 5 AFIP en 2014, 60 IP sélectionnés AFIPA, et ce n’est très probablement qu’un début. Et aujourd’hui nous devrions en sus accepter que l’accès aux emplois surindiciés nous soit fermé ? ASSEZ !

Alors que la DG avait fait une proposition qui ne répondait déjà pas à nos attentes en ne reconnaissant que partiellement la hiérarchie des grades et en sacrifiant les IP, ce projet est attaqué par des organisations syndicales et une association de comptables qui n’hésitent pas en pleine réunion à brandir devant les représentants du Directeur général des menaces d’un autre temps. Et que répond la DG face à une telle provocation ? Qu’elle va élaborer un nouveau projet plus favorable aux Idiv… ASSEZ !

Quels arguments sont avancés pour une telle position ? Faudrait-il prendre la photographie d’occupation des emplois comptables actuelle, voire encore mieux celle de 2008, c’est à dire très favorable aux IDIV et l’appliquer jusqu’à la fin des temps ? C’est cela la justice ? Mais dans ce cas que l’on rétablisse les promotions à AFIPA, AFIP et AGFIP et il n’y aura plus de difficultés…

Faut-il rappeler que si les IDIV HC de l’ex DGCP occupent aujourd’hui des postes si favorables, ce n’est pas tant pour leur compétence comptable, mais bien parce que ces postes n’étaient pas demandés par les AFIPA de l’ex-CP ceux-ci déroulant des carrières administratives qui leur sont désormais interdites ! ASSEZ !

Depuis quelques temps, un projet parfaitement partisan et irréaliste circule, vendu ces jours derniers par l’association des comptables, au prix d’un lobbying intense auprès des n°1 locaux. Que dit ce projet ? Que les AFIPA ont vocation à devenir AFIP ou obtenir des emplois HEC. Qu’ils doivent se partager les 47 postes HEC avec les AFIP… et laisser les HEB et les HEA aux IDIV qui ont fait « tant de sacrifices notamment géographiques ». Quelle perspective ! Qui peut croire qu’avec 47 postes HEC, 5 AFIPA sélectionnés AFIP on trouvera un débouché à 600 AFIPA ? Qui peut croire qu’avec 60 IP sélectionnés AFIPA on trouvera un débouché à 1000 IP ? ASSEZ !

Cher(e) collègue, notre avenir se joue aujourd’hui.

Il se joue aujourd’hui car moins de postes surindiciés pour les IP et les AFIPA, c’est le tarissement des promotions d’IP à AFIPA, la condamnation au switch perpétuel d’une division à une autre, d’un pôle à l’autre, et la disparition au final de toutes perspectives de se confronter à des responsabilités plus grandes, à des enjeux plus importants, bref de progresser encore et toujours.

Nous relayerons ces inquiétudes autant que nous le pouvons. Nous irons voir la DG et nous défendrons un traitement juste des carrières dans chaque réunion à venir. Mais cela ne suffira sans doute pas…

Il nous appartient aujourd’hui, individuellement, chacun à notre niveau, de montrer, à nos n°1, à nos chefs de bureau, à nos sous-directeurs, à nos délégués, qu’à cet instant, les cadres loyaux et responsables que nous sommes attendent de leur direction qu’elle prenne ses responsabilités.

Ils attendent que la Direction générale reconnaisse que passer un concours puis des sélections, être mobile sur toute la France, se battre pour prendre la « voie rapide », cela doit être valorisé et se concrétiser par des actes dans l’attribution des postes à enjeux.

Ils attendent que la Direction générale ne donne pas à penser que les contraintes budgétaires et les réductions de carrière ne sont que pour eux, qui ont trop souvent eu le grand tort de se taire et de continuer à servir.

Ils attendent de la justice, de la reconnaissance et du courage.

Nous demandons instamment à la Direction générale de faire des propositions d’accès aux emplois surindiciés qui reflètent la hiérarchie des grades, en accord avec l’organisation de toute l’administration française fondée sur cette hiérarchie.

Personne ne comprendrait que, pour satisfaire un lobby dont la principale compétence est de se faire entendre, des décisions injustes soient prises au détriment des cadres qui sont déjà les plus durement impactés par les restrictions de carrière.

La décision finale sera prise lors d’une RTA au mois de mai. En attendant, cher(e)s collègues, exprimez–vous, faites savoir que vous ne pouvez accepter de telles perspectives, pour peser et influer sur notre avenir car après il sera trop tard.

Nous demandons également à nos collègues AFIP et AGFIP de porter notre légitime attente auprès du DG. Si les IP et AFIPA n’ont plus rien à attendre, c’est le fonctionnement de l’ensemble des directions locales et de la centrale qui en pâtira.

Le comité.

Cher(e)s collègues, pour votre information complète, vous trouverez ci-dessous notre liminaire, le compte-rendu de la RTA et les documents complets. Vous trouverez également « l'argumentaire » que fait circuler l'association des comptables publiques pour « faire pression » sur les n°1 et la DG, argumentaire que nous avons analysé et commenté.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !